Reborn Esperienza

Forum Reborn au contexte original...Laissez vous tenter !
 
l'Event est maintenant lancé!
Akis devient modérateur! Bravo à lui et merci ♥️

Partagez | 
 

 Un bonheur partagé à deux [ PV: Ashley ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Un bonheur partagé à deux [ PV: Ashley ]   Sam 20 Oct - 14:33

« C'est dur de regarder un gamin dans les yeux et de lui dire: " Les héros n'existent pas. " C'est triste de voir une mère craindre pour l'avenir de son fils. C'est accablant comme les gens pensent que ce sont toujours les meilleurs qui partent les premiers. Alors pour ces milliers de gamins qui veulent croire aux supers héros, pour ces millions de mères qui veulent croire en un avenir meilleur, pour toutes ces personnes qui pensent que les meilleurs partent les premiers... Pour tous ces gens, je ferai de ce monde un paradis. Les héros existent bel et bien. Les meilleurs ne partent toujours pas les premiers.
¤ J'en suis la preuve vivante. ¤ »

Soleil au rendez-vous ! Miles passait son temps à chercher des lieux où il pourrait se rendre utile. Depuis quelques temps, les missions se faisaient rares. Peut-être devrait-il enfin rencontrer les Di luna ? Faut dire que depuis son intégration, il n'avait pas eut la chance de rencontrer les membres de sa famille. En même temps, cela faisait déjà un peu plus de deux mois que celui-ci avait rejoint les Di Luna. La seule personne avec qui Miles a pu discuter jusqu'ici n'était autre que le chef de la famille, Ares. Un jeune homme qui avait quelques caractères physiques similaires au jeune gardien de la paix. D'autant plus que celui-ci semblait apprécier la venue de son nouveau membre. Diante avait rejoint cette famille car ils avaient quelques objectifs en commun. En effet, bien que celui-ci ne s'impliquait pas dans les affaires du monde mafieux, le blondinet avait quelques informations sur les différentes familles. Deux familles semblaient être une menace pour ce monde : Les Auditores et les Van Sidéris.

Enchanté d'avoir fait sa connaissance et intéressé par la proposition, le justicier ne put refuser l'offre qui se présentait devant lui. Cependant, la voix des cent voix ne trouvait jamais l'occasion de les rencontrer. Entre ses petites missions qu'il faisait à droite et à gauche... A ce rythme là, le jeune homme allait avoir du mal à gagner la confiance des autres membres. Enfin, l'occasion se présentera bien un jour, il n'y avait aucune raison de s'inquiéter pour ça. Qu'il le veuille ou non, tôt ou tard la voix du peuple serait mené à faire équipe avec sa nouvelle famille. C'était plutôt triste à dire mais sa vie de solitaire allait lui manquer. Lui qui était habitué à faire cavalier seul, le voilà maintenant entouré de " futur compagnon ". Cela annonçait probablement de futurs responsabilités à assumer. N'aimant pas trop s'occuper des affaires des autres, ses prochaines obligations et rencontres semblaient plus ennuyeuses qu'autre chose.

Les cieux semblaient clairs et étincelants en Italie. C'était un beau pays. C'était ici que Miles avait exécuté sa dernière mission qui consistait à enquêter sur la disparition mystérieuse des enfants du quartier. Ils s'avèrent que les enfants aivaient été kidnappés par un mafieux qui voulait organiser un trafic d'enfant. Plus de peur que de mal, le justicier régla tout cela et instaura la paix au sein des familles du voisinage. Et quant à sa récompense ? Le sourire de ces gamins entre les bras de leurs mères. Probablement l'une de ses plus belles missions. Elle ne fut pas bien difficile, mais inconsciemment pendant un court moment son coeur fut réchauffé par le visage émerveillé de ses gamins. Une fois la mission accomplit, Diante disparut aussi vite qu'il était apparu, tel un nuage qui apparait devant le soleil pour disparaitre des cieux. C'était sa façon de faire. Pas besoins de remerciements ou de cadeaux, tout ce que le jeune blond faisait, c'était fait avec sincérité et avec plaisir. Après tout, c'était le rôle d'un justicier.

Longeant le trottoir, le blondinet entendait des éclats de rires. Attiré, celui-ci se dirigea dans la direction de toute cette agitation. Après avoir traversé le passage piéton, le jeune homme vit non loin de là un parc. Des tas de gamins gigotant dans tous les sens, d'autres jouant au ballon, d'autres sur des balançoires... C'était assez bruyant et vif. Habituellement, Miles n'aimait pas les endroits si bruyant. Mais ce parc sentait le paradis. On pouvait y sentir une certaine forme de tendresses, de joies... Ce lieu avait une odeur de paix. Ne pouvant pas rester insensible à ce si beau spectacle, le justicier pénétra le parc. Une fois à l'intérieur, celui-ci s'installa sur le premier banc qu'il trouva et il scrutait chaque gamin comme s'il voulait retenir chacun de leurs sourires. Un beau temps, une bonne journée et des sourires... N'était-ce pas là un petit coin de paradis ?



« Mon bonheur à moi, se lit dans le visage des autres. Ma raison de vivre est l'ambition de chacun. Ma force, je la puise dans la souffrance des autres. Mon combat est celui des millions et des millions de personnes. Ma voix est celle du peuple: Je suis celui qui fera de ce monde, un monde parfait. Pourquoi je me bats ? Je me bats pour que ces gamins ne puissent jamais perdre ce magnifique sourire qu'ils ont tous en commun. Ce bonheur tout simple de croire qu'on mène une existence paisible dans un monde en paix, voici là mon souhait :
¤ Une paix éternelle. ¤ »



Dernière édition par Miles Diante le Ven 16 Nov - 22:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ashley McGray
Di Luna
• Prêtresse de la Tempête •
avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 11/07/2012


MessageSujet: Re: Un bonheur partagé à deux [ PV: Ashley ]   Mar 30 Oct - 19:01

Ce jour-là…

Ce n’était pas qu’elle fuyait Taylor mais…Elle fuyait Taylor ! Cette sale petite gamine capricieuse avait encore réussit à l’agacer à venir lui demander elle ne savait même plus trop quoi alors que la pauvre blonde tentait désespérément d’étudier. C’était à cause de situations comme celle-ci qu’elle se demandait si parfois, elle arriverait vraiment à devenir médecin.

Entre sa cousine qui l’empêchait d’étudier lorsqu’elle était chez elle, et Ares et les autres Di Luna qui s’y appliquaient lorsqu’elle était au quartier général, il y avait vraiment de quoi désespérer, n’est-ce pas ? Pourquoi diable fallait-il que ce soit vers elle que l’on se tourne en cas de problème, d’ailleurs ? Ares n’était-il pas là pour ça ; écouter les membres se plaindre de leurs misérables existences ? Elle n’avait jamais rien fait pour sympathiser avec mes autres, et tentait au mieux d’en rester éloignée, pourquoi diable alors venait-on quand même vers elle ? Elle en était persuadée, les choses auraient étés différentes si son flux aurait été celui du Nuage. Comme le monde est mal fait, parfois.

Elle ne voulait pas s’attacher encore. Non merci, pour ça, elle avait déjà bien assez donné à son gout. Etait-ce si dur à comprendre ?

Ainsi enfermée dans sa chambre, elle poussa un soupire alors que sa cousine revenait à la charge en l’appelant de l’autre côté de la porte. Agacée, elle referma finalement son livre de médecine pour le prendre à bras, et se saisit d’un crayon. Puisqu’elle ne pouvait étudier ni chez elle, ni au QG de sa famille soit, elle irait étudier ailleurs. Elle ne pouvait définitivement pas se permettre de ne pas bosser sous prétexte qu’on s’amusait à l’en empêcher, pas avec tous les cours qu’elle manquait déjà. Son niveau avait beau être bon, nul doute qu’il ne le resterait pas si elle se permettait de rester sur ses acquis.

Sans porter attention aux dires de sa cousine, elle lui annonça simplement qu’elle sortait pour quitter la demeure dans la minute sans autre forme de procès. Ce n’est pas tant le soleil ou la petite brise soufflant au dehors qui fit du bien à la Tempête, mais plutôt le calme. Et vu comme ça, elle ne manquait pas de s’avouer que la flamme coulant dans ses veines était d’une ironie sans bornes, bien qu’au moins, l’expression « le calme avant la tempête » prenait tout son sens avec elle. Il ne faut pas se fier aux apparences, ce n’est pas parce qu’elle est calme qu’elle ne sait pas se faire violence. Mais ceci étant une autre question, elle laissa là les escapades de son esprit pour aller rejoindre le parc le plus proche.

On ne peut nier que le parc est un endroit vivant. On ne peut faire l’impasse sur les couples, les familles, les enfants ou que sais-je encore qui viennent y passer leurs après-midi, et ce encore plus lors d’un magnifique temps comme celui que Florence offrait aujourd’hui à ses habitant. Mais malgré tout ça, le parc restait un endroit bien plus calme que l’une des deux résidences de la blonde. Et au moins, c’était un endroit qui respirait la bonne humeur, notamment grâce aux nombreux enfants qui y viennent pour jouer. Alors, elle s’y était simplement engouffrée sans savoir qu’elle n’étudierait pas bien longtemps et que cette journée n’aurait rien d’aussi monotone que les autres, bien loin de là.

Comme quoi, l’avenir parfois nous réserve bien des surprises.

Si c’était dans le but d’étudier un peu qu’elle s’était installée sous un arbre, assez loin de l’entrée pour ne pas avoir à supporter le vrombissement des moteurs de la rue adjacente, elle s’était un long moment laissé aller à la contemplation des enfants en train de jouer, un petit sourire nostalgique sur le bout de lèvres. Elle aussi, elle était passée par là.

Mais ce n’était pas avec les autres enfants qu’elle s’amusait. Ni même avec ses parents, d’ailleurs. Ce n’est pas avec les parents qu’elle avait qu’elle aurait pu s’adonner à une telle activité, d’ailleurs. Mais dans le fond, si c’était à refaire elle n’y aurait rien changé. Car si ce n’était ni avec amis ni avec parents qu’elle jouait enfant, c’était avec quelqu’un qui comptait plus encore pour elle. Neil ; l’ancien gardien de la Pluie de son père. Elle ne regrettait aucuns moments passés avec lui. Il lui manquait tant…Lui qui avait tant été pour elle. Un ami, un frère, un père…Il était à la fois tout et rien de tout ça. Il était simplement lui, quelqu’un de si important qu’il en devienne indéfinissable.

Mais à présent il était partit. A jamais.

Alors elle secoua sa tête de droite à gauche, pour le chasser de son esprit avant que les larmes ne remontent jusqu’à ses yeux émeraude. Cela faisait des années à présent. Il fallait qu’elle cesse de réagir de la sorte en repensant à lui, qu’ele aille de l’avant et qu’elle accepte enfin cette idée. Même si c’était dur. Si dur…

C’est peut-être à cause de ça qu’elle passait tout son temps libre dans les études, encore et encore. Pour ne pas y penser. Et c’est ainsi qu’elle fuit le problème, une fois encore. S’armant de son crayon, elle posa son livre ouvert sur ses genoux, et se perdis dans ses cours, se permettant souvent d’ajouter des notes, studieuse au possible.

Pour oublier.

_________________


Avatar Halloween Version by Taylor ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Un bonheur partagé à deux [ PV: Ashley ]   Ven 16 Nov - 21:21

« Chaque jour, je vois mon avenir se dessiner à travers des souffrances. Sur ma route, je vois des personnes se blesser physiquement. Hélas pour eux, je ne peux guérir ce genre de blessures. Chaque jour, je rencontre des personnes qui ont le cœurs briser et qui ne désirent qu'une seule chose : La paix. Pour ces gens là, je suis le seul véritable remède. »


Ce banc semblait vraiment être la place idéale pour le jeune homme. Le vent soufflait légèrement, faisant par moment divaguer ses mèches de gauche à droite. Les coudes posaient sur les accoudoirs, la tête légèrement en arrière, les jambes croisaient, les soucis semblait s'en allait dans ce parc. Sa veste ouverte, le solitaire pouvait apprécier la douceur du vent qui venait caresser son visage. Les soucis de ce monde disparaissait pendant un instant. Ses gamins jouaient sans se soucier de ce qui pourrait leur arriver le lendemain. Vivre au jour le jour... C'était d'une certaine façon, la plus belle des manières de vivre. Diante aurait aimé vivre ainsi. Mais voilà, pour avoir un monde en paix, il fallait bien quelqu'un qui jouait les héros ? C'était au jeune justicier de faire l'impossible pour que ces millions de personnes aient la paix et la sécurité qu'ils désirent tant. Même si cela impliquait la perte de sa propre joie de vivre. *J'aimerais tellement avoir le temps...*

A ces mots, alors qu'il était perdu dans ses rêveries, un gamin trébucha lourdement non loin de là. Le son de sa chute avait littéralement sortie Miles de ses profondes pensées. Le petit garçon resta un long moment allongé au sol à plat ventre, face contre terre. Le pauvre, il a dut se faire rudement mal... Le blondinet fixait dans les environs, histoire de voir si un parent allait aider ce pauvre petit. Personne. Le petit garçon se redressa péniblement. Le petit resta quelques secondes ainsi, comme s'il n'avait pas vraiment comprit ce qu'il venait de lui arriver. Celui-ci semblait être blessé sérieusement au genou. Son visage se décomposait peu à peu. Puis après quelques secondes, celui-ci se mettait à pleurer. Les poings fermés, frottant ses yeux humides le petit garçon hurlait de toutes ses forces. Les autres enfants ne se souciaient guère de lui. Ils étaient tous bien trop occupés à s'amuser et c'est bien normal. Après tout, ce ne sont que des enfants. Pour eux, l'amusement passait avant toutes choses...

Le gardien de la paix décroisa ses jambes avant de se lever. Il se dirigeait vers le petit gamin les mains dans les poches à pas lent. Le gamin ne se doutait de rien car celui-ci était de dos. Ce n'était que lorsque l'ombre de Miles venait le couvrir intégralement que celui-ci se retournait les larmes coulant le long de sa joue. D'un sourire radieux, la voix des cent voix s'accroupissait de façon à se mettre à la même hauteur que le petit. Ce n'était pas dans ses habitudes de sourires, mais s'il ne voulait pas effrayer le gamin, il se devait de faire un minimum d'effort. Celui-ci le regardait en reniflant toutes les deux secondes. Miles jetait un bref coup d'oeil dans les environs pour voir si quelqu'un les observait. Apparemment, personne ne semblait les observer. Le blondinet se mit donc à faire une grimace étrange. Le gamin le regardait d'un air neutre. Le jeune homme pinçait deux de ses mèches et il les relevait de telle sorte à en faire des cornes, ou des antennes de cafards. Louchant tout en tirant la langue, il resta de longues secondes ainsi.

Un long silence régna. Se sentant ridicule, Diante commençait à rougir. La honte commençait peu à peu à l'envahir. Qu'est ce qu'il lui avait prit de faire ça ? Disons qu'il avait agit sans vraiment réfléchir. Même le gamin semblait perplexe face à cette réaction qu'il fallait dire, assez surprenante, pour ne pas dire débile. L'adulte cessa donc ces enfantillages. Le gamin finissait par exploser de rire. Le jeune homme se mit soudainement à sourire. * Au moins, il a arrêté de pleurer.* Le gamin séchait donc ses larmes. Le gardien de la paix déposait la paume de sa main sur les cheveux du petit et il les agita dans tous les sens. Décoiffé, le gamin s'amusait à repousser le blondinet. Lui ayant rendu le sourire, celui qui s'autoproclamait " la voix du peuple " se redressa. Remettant les mains dans ses poche, le gardien de la paix allait retourner reprendre son banc. Le gamin restait assit sur ses fesses, s'apprêtant à reprendre sa mine toute triste. Il n'allait pas tarder à sangloter une nouvelle fois. Le justicier esquissait un petit sourire en coin, comme pour le calmer. Avant que ses larmes retombent, le justicier prenait la parole d'une voix calme et apaisante.

-" Si tu continues de pleurer ainsi, les gens penseront que t'es faibles. "

Un vent s'élevait au beau milieu du parc faisant virevolter la veste du jeune homme. A ces mot, le gamin semblait prendre un peu plus au sérieux l'homme qui venait de prononcer ces paroles qui semblaient si précieuses. Un petit sourire en coin avant de faire un demi-tour et de s'en aller. C'était précisément à ce moment que quelque chose vint s'accrocher à son pantalon. Le jeune blond se retourna. Le gamin tenait son pantalon. S'accroupissant une nouvelle fois, Miles se rendit compte qu'il y avait du sang au sol. Ce sang provenait du genou du petit garçon. Cela ne semblait pas bien grave, mais il fallait stopper l’hémorragie le plus rapidement possible, ou le pauvre verrait son genou s'infecter. Malheureusement, le jeune solitaire n'est pas un médecin, ni magicien. Cette blessure n'allait pas se soigner tout seul et cette fois, ce n'étaient pas ses vulgaires grimaces qui allait calmer son douleur. Le gamin commençait à avoir le regard humide. Que faire ?

« Les supers héros sauvent des vies. Je ne sais pas faire ce genre de choses. Pathétique comme héros, personne ne peut sauver les morts. Les héros combattent les méchants et protègent les citoyens. Je suis ce genre de héros. En réalité, ce que je fais c'est comme un gamin qui en fait le voeux. Je fais le plus beau métier du monde : Je protège des gens. »


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un bonheur partagé à deux [ PV: Ashley ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un bonheur partagé à deux [ PV: Ashley ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SORA | Le bonheur n’est réel que lorsqu’il est partagé. •
» Le bonheur n'est réel que lorsqu'il est partagé
» Deux roses enlacées [ Déconseillé aux moins de 16 ans ]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reborn Esperienza :: Archives :: Archives :: Old Aventures-