Reborn Esperienza

Forum Reborn au contexte original...Laissez vous tenter !
 
l'Event est maintenant lancé!
Akis devient modérateur! Bravo à lui et merci ♥️

Partagez | 
 

 Âmen ( Mitsuki )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Karlsen Dratvitz
○ Leone ○
Mist's Adviser
♦ Ghost Whisperer ♦
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 24/07/2012
Age : 28


MessageSujet: Âmen ( Mitsuki )   Dim 30 Déc - 11:55

Il y a des choses inexplicables à la surface de cette terre grouillante autant de vie que de malheurs de toute sorte. Pourtant, il est dans la nature même de l’être humain que de vouloir comprendre le mystère et l’incompréhensible qui entoure certaines parcelles de ce monde. Si ces couvertures sont présentes ici, c’est que forcement il ne faut pas y toucher, en théorie, n’est-ce pas ? Alors pourquoi se sent-on toujours inexorablement attirés par elles au point de vouloir les comprendre et faire sien ce savoir qu’elles contenaient, bien à l’abri du regard d’autrui ? Les humains sont complexes et bizarres. Karlsen ne se le répétera sans doute jamais assez, mais c’était pourtant ce qui lui venait le plu régulièrement en tête lorsqu’il voyait des êtres qui lui étaient pourtant si semblables agir de manières si excentrique.

Oh, il ne se pensait pas être atteint par la plus grande normalité qui soit, bien entendu, au contraire d’ailleurs. Mais tout de même, c’était parfois perturbant de se dire appartenir à la même espèce que tous ces criminels ou désespérés suicidaires qui mettaient un terme si vite à leurs vies, souvent pour des stupidités non assumées. Lui, qui aurait tant voulu pouvoir gommer ces pages noires sur le roman de son passé maudissait tout ceux qu’il entendait dire « Oh, ce que je ne donnerais pas pour oublier ça ! » ou quelque genre dans le même genre.

Dieu, ce qu’il n’aurait pas donné pour pouvoir expliqué ce qui était arrivé à sa famille avant que Mitsuki ne le déniche au fin fond de cette armoire éventrée. Mais ça lui était impossible, puisque, touché par les doigts avares et immondes d’une puissante amnésie, tout ce qu’il avait toujours connu, chérit et vécut, lui avait été retiré de force. Seuls quelques fragments incomplets de ce qu’il avait été autrefois subsistaient de manière floue dans les limbes immensément vides de son esprit. Il souffrait de n’avoir que du sang pour mémoires et pourtant il paraissait ne rien en montrer. Le fait est qu’il ne savait pas comment s’y prendre, il n’a même jamais su. Comment exprimer ce que l’on a sur le cœur alors que nous n’en savons presque rien nous-même ? Telle est la question, sans doute.

Déposant soigneusement au pied d’un autel religieux un bouquet de fleur qu’il venait de cueillir, le germanique fermât les yeux et se mit à réciter en silence la seule prière qu’il connaissait et que lui avait appris son grand-père sous la forme d’un fantôme déjà. Un assemblage de mots en allemand, histoire de se lier un peu avec sa culture d’origine, si loin de lui maintenant. Rouvrant ses paupières et rabattant soigneusement sa capuche au-dessus de sa tête pour ne pas effrayé inutilement les autres visiteurs – même s’ils étaient fort peu nombreux – il alluma alors un bâtonnet d’encens, et laissa les fragrances végétales se diffuser tout autour, en signe de respect envers les morts. Il savait que certains japonais agissaient ainsi pour rendre visite à leurs défunts et leurs témoigner respect et gratitude. Karlsen n’avait jamais réellement cru en un dieu ou autre, mais il croyait aux fantômes. Sans doute plus que n’importe qui d’ailleurs.

Et il en vint alors à se demander si aujourd’hui, il pourrait voir le fantôme de l’un des membres de sa famille disparue.

_________________
♥️♥️♥️

Avatar par Mitsuki <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuki Kagura
○ Leone ○
Parraine
avatar

Messages : 293
Date d'inscription : 24/06/2012


MessageSujet: Re: Âmen ( Mitsuki )   Dim 30 Déc - 14:35


Il y a des jours où l’on se sent nostalgique au possible.
Et cette journée avait définitivement été faite pour rendre la parraine aux cheveux rose bonbon nostalgique. Tout avait débuté par ce rêve. Ce genre de rêve ou l’on se sent si bien qu’on ne veut plus se réveiller. Ce genre de rêve que l’on se sent frustré de quitter dès lors que la conscience nous rattrape avec la venue du jour. Parce que oui, hélas, la réalité finit toujours par nous rattrapé, qu’importe la douceur de l’illusion mise en place par le subconscient lui-même. Et, après avoir été bercé dans tant de douceur, lorsque la réalité nous frappe, elle fait très mal.

C’est un fait qui était venu frapper la Leone tôt le matin, alors ses yeux s’étaient ouvert, faisant disparaitre cette sensation de bien-être dans laquelle ses songes l’avaient enveloppés. Serrant son coussin contre elle, même quelques larmes étaient venus s’évader et prouver l’existence de cette horrible sensation, alors qu’un mot qu’elle se surprit à murmurer vin vite se perdre dans sa chambre vide de tout autre être.
    « Maman… »
Il n’était pas rare qu’elle rêve de sa mère, alors que pourtant elle n’avait jamais eu le plaisir de la connaitre. D’ailleurs, en rêve, elle n’avait jamais eu ce plaisir de voir son visage. Non. Elle sentait sa présence près d’elle, parfois se retrouvait être victime d’une douce étreinte, mais sans jamais ne pouvoir apercevoir aucun visage. Ou du moins, si c’était le cas, sans jamais pouvoir s’en souvenir de façon nette au réveil. Elle n’avait jamais connu sa mère…pourtant elle était capable de dire qu’elle lui manquait énormément. Grandir sans la présence de sa mère avait toujours eu ce petit côté douloureux pour elle. Elle ne l’avait simplement jamais dit, jamais montré.

Tout comme elle n’avait jamais laissé personne l’accompagner au cimetière lorsqu’elle allait déposer des roses sur sa tombe. C’était son moment de solitude et de tristesse à elle. Son petit moment en tête à tête avec sa « mère » également. Il est certain qu’une pierre tombale ne lui répondrait jamais…pourtant il y avait des jours, comme celui-ci, ou elle en avait simplement besoin. Pour rester calme au possible. Pour garder un minimum de sérénité. Et tout ça, ça lui était indispensable pour gérer sa famille au mieux. Ainsi, c’est en séchant ses larmes que son objectif de la journée se traçait déjà en son être.

C’est en vitesse qu’elle prit une douche et s’habilla simplement, attrapant le premier vêtement à portée de main dans son armoire –une robe blanche. Et ainsi vêtue elle quitta le QG sans un mot pour qui que ce soit et passa par la case « fleuriste » afin d’acheter un bouquet de roses rouges –les préférées de sa mère, selon les dires de son père- avant de monter jusqu’au temple pour venir les poser sur le marbre blanc, le regard emplis à la fois de douceur et de tristesse.
    « Bonjour, maman… »
L’envie de verser quelques larmes vint à nouveau tirailler la jeune femme, mais elle fit son maximum pour se contenir. Ne pas pleurer devant sa mère était une contrainte qu’elle s’était toujours efforcée de respecter. Elle devait être forte. Elle devait lui montrer que sa fille était devenue une personne forte, une personne dont on peut être fière. Elle voulait que sa mère soit fière d’elle…Ne serait-ce qu’un peu.

Doucement, une de ses mains vint caresser la pierre du bout des doigts. Comme elle aurait aimé pouvoir prendre sa mère dans ses bras. Même rien qu’une fois…Etait-ce déjà trop demander ?

_________________

Dans l'espoir qu'un jour, mon cœur atteindra enfin le tient. ♥️


Dernière édition par Mitsuki Kagura le Dim 30 Déc - 20:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karlsen Dratvitz
○ Leone ○
Mist's Adviser
♦ Ghost Whisperer ♦
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 24/07/2012
Age : 28


MessageSujet: Re: Âmen ( Mitsuki )   Dim 30 Déc - 18:24

Il ne s’attendait pas à la voir arriver ici, elle aussi, en ce jour certes ensoleillé mais terriblement frais. Sans doute l’ambiance générale du lieu où il se trouvait lui faisait ressentir les choses ainsi. Ou bien était-ce le contraire. Peut-être qu’en étant tout simplement présent ici, Karlsen, aidé par sa sempiternelle aura glaçante qui le suivant absolument partout où il allait, rendait le temple moins pur, moins harmonieux et moins relaxant. Il n’aurait été guère étonnant que ce fut-ce le cas. Après tout, comment une personne telle que lui, qui ne possède rien d’autre que des souvenirs ensanglantés d’un bout à l’autre de sa mémoire quasi-vice peut prétendre pouvoir apporter la sérénité, le calme et le bonheur aux autres ? Il l’ignorait bien. Et il était d’autant plus troublé en apercevant sa fragile et petite Boss au loin, dans un autre recoin du temple, à fleurir une tombe également.

Il n’aimait pas qu’on l’approche. Il n’aimait pas qu’on le touche. Mais par-dessus tout, il n’aimait pas la voir triste. Et là, même sans distinguer clairement son visage, il devinait la détresse de la chef des Leones. Et il détestait ça. Un frisson la parcouru alors qu’une brise s’amusa un instant avec les cheveux qu’il essayait pourtant de dissimuler au mieux. Il avait la sensation qu’on l’appelait ; qu’il fallait impérativement qu’il aille vers elle et l’aide à retrouver le sourire, quitte à un passé des heures et des heures. Ça ne le dérangeait pas.

Après tout, elle n’avait pas compté son temps, elle, lorsqu’elle l’avait trouvé, misérable, dans cette grande maison dont le sol était ruisselant de carmin poisseux.

Alors que la majorité des visiteurs prenaient la direction de la sortie, Karlsen remontât lentement ce courant humain, pour se rapprocher toujours plus de la demoiselle aux cheveux roses, celle-là même à qui il avait juré fidélité. Et soudainement, il s’arrêta. Tout près de la jeune Kagura, imperceptible pour les autres qui n’étaient pas comme lui, se tenait une âme, au sens propre du terme. Un fantôme. Le spectre se retourna vers lui et le cœur de l’allemand manquât presque un battement. Cette femme, elle lui ressemblait tellement.

Même cheveux, même reliefs de visage, même tendresse dans les yeux. Tout. C’était presque une copie conforme de sa Boss, d’où le choc ressentit.

Mais il n’y avait pas que ça. Rien que par la position tenue par l’esprit, le Dratvitz ressentait parfaitement tout l’amour qui irradiait de ce dernier pour la demoiselle qui fleurissait alors la tombe lui étant sans aucun doute assortie. Inspirant un grand coup, il achevât de détruire la distance qui le séparait encore de l’adolescente et restât un moment-là, sans rien dire ou faire de plus. Et puis, machinalement, peut-être comme l’aurait fait un grand frère ou un ami proche, il laissa l’une de ses lourdes mains calleuses et imposantes trouver perchoir sur l’épaule de Mitsuki qui se trouvait la plus proche de lui. Il ne voulait surtout pas l’embarrasser ou la gêner dans ce moment de proximité avec celle qu’il soupçonnait être sa mère décédée, bien au contraire ! Tout ce que le germanique souhaitait, c’était lui faire sentir qu’il pouvait être là si elle en ressentait le besoin, que même sans user de mots, il pourrait tenter d’être un pilier sur lequel se reposer.

Elle avait tant fait pour lui, il était maintenant venue l’heure de lui rendre la pareille et plus encore. Mais ce n’est qu’après son acte qu’il se ravisa et se redressa finalement. Ce qu’il venait de faire était pour le moins cavalier, et il réalisa que peut-être, sa simple présence auprès de sa Boss alors qu’elle semblait vouloir se recueillir seule pouvait être dérangeante, au final.

_________________
♥️♥️♥️

Avatar par Mitsuki <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuki Kagura
○ Leone ○
Parraine
avatar

Messages : 293
Date d'inscription : 24/06/2012


MessageSujet: Re: Âmen ( Mitsuki )   Dim 30 Déc - 20:20


Il y a des jours où l’on a juste besoin d’un peu de solitude…Ou de la bonne compagnie.
Elle était simplement restée là, devant la pierre tombale. Au départ, elle était restée silencieuse. Elle sentait simplement que si le moindre son sortait de sa bouche, elle n’aurait simplement pas pu garder son calme. Elle se serait mise à pleurer, et il était hors de question qu’elle pleure sur la tombe de sa mère. Elle n’aurait probablement jamais voulu une telle chose, et plus que tout elle voulait respecter les vœux de sa mère. Plus que tout c’est un magnifique sourire qu’elle aurait voulu lui offrir. A chaque fois.

Mais non. Car même si elle venait lors de ces jours heureux ou seul la joie est présent en elle, entrer en ce lieu et venir face à cette tombe lui rappelais irrémédiablement qu’elle n’avait jamais connu sa mère, et qu’elle ne pourrait jamais la connaitre. Que ce monde était injuste, et qu’elle lui manquait horriblement, même si elle n’avait jamais eu cette joie de la connaitre. Et ces idées, aussi simplistes puissent-elles être d’un regard extérieur, avaient toujours hantés Mitsuki. Sans doute voit-on les choses différemment lorsque l’on a été contraint de grandir sans l’amour d’une mère. Ou plutôt, dans le cas de la jeune parraine et avec le père qu’elle avait toujours eut, sans véritable amour parental.

Fermant les yeux, elle inspira un grand coup, alors qu’une petite brise se levait sur l’endroit, laissant ses cheveux danser à son gré. Elle resta ainsi quelques secondes, le temps de laisser le rythme de son cœur ayant monté de façon trop importante revenir à la normale. Une fois cela fait, son regard azuré revint se poser sur la pierre tombale. Une nouvelle fois, elle voulut sourire, mais dû simplement accepter le fait qu’elle n’en était pas capable.

Alors simplement elle avait pris la parole, commençant à parler de tout et de rien à sa mère. A peu près tout ce qui résumait sa vie depuis sa dernière visite en temple, à dire vrai. C’était un peu son petit rituel, pour se sentir bien. Elle était persuadée que si sa mère était encore en vie, toutes deux auraient été très proches. Et qu’elle aurait pu tout lui dire, absolument tout. Elle s’efforçait donc de parler de tout à la pierre tombale de sa mère. Comme si cela aurait pu renforcer ce lien qu’elles n’avaient jamais pu tisser entre elle.

Elle s’était même surprise à lui parler de son conseiller de la Brume, une fois. Puis, se rendant compte de sa « bêtise » elle avait simplement changé de sujet de la seconde à l’autre en rosissant et en baissant la tête. Comme si sa mère était véritablement en face d’elle et lui aurait demandé un peu plus de détail sur ce garçon qui semblait tant la troubler.

C’est lorsque sa douce voix s’était éteinte l’instant de laisser sa réflexion trier les informations qu’elle n’avait pas encore communiqué à sa mère qu’une main vint se poser sur son épaule, la faisant sursauter aux premiers abords. Et ce n’est que lorsque cette main quitta son épaule qu’elle tourna la tête vers le mystérieux inconnu…Qui au final n’était pas si inconnu que ça à la rosette.

A la vue de Karlsen face à elle, ses yeux s’écarquillèrent en premier lieu tandis qu’elle se demandait ce qu’il faisait ici. Elle avait grand peine à l’imaginer sortir, alors en plus dans un lieu comme celui-ci…S’était peu commun. Cela dis ce n’était pas là le plus important…Le plus important était que, elle le savait très bien, lorsqu’elle venait rendre visite à sa mère, elle n’était pas des plus joviale. Or, cela était loin d’être dans ses habitudes. Surtout avec Karlsen, à qui elle essayait tant bien que mal de rendre la joie de vivre depuis qu’elle l’avait trouvé dans des circonstances plus qu’horribles.
    « Karlsen… »
Son nom était sorti presque instinctivement le temps d’un doux murmure tinté d’une légère surprise.
    « Que fais-tu ici ? »
C’est sur cette interrogation innocente qu’elle força un sourire. Parce qu’elle ne voulait pas que ses peines ne viennent alourdir celles de son conseiller. Pour rien au monde.

_________________

Dans l'espoir qu'un jour, mon cœur atteindra enfin le tient. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karlsen Dratvitz
○ Leone ○
Mist's Adviser
♦ Ghost Whisperer ♦
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 24/07/2012
Age : 28


MessageSujet: Re: Âmen ( Mitsuki )   Dim 30 Déc - 21:28

Karlsen n’avait plus que deux souvenirs très vagues de celle qu’il pensait être sa « mère ». Dans le premier, elle le sermonne car il raconte soi-disant des âneries, elle ne voit pas les fantômes, comme lui, heureusement pour elle. Mais du tout, elle jetait de discrédit sur les paroles de son propre enfant. Est-ce un bien pour un mal ? Le grand germanique lui-même n’aurait su le dire, pour être honnête. Le fragment de son second souvenir lui montrait ce qui semblait être un grave accident de la circulation. Le Dratvitz était alors un adolescent et sa génitrice paraissait d’être tuée au volant à cause du choc subit. Et à se souvenir des hurlements de l’une de ses deux sœurs sur les sièges arrières, il en était de même pour l’une des deux.

Inspirant profondément pour expier ce mauvais songe concret, l’homme ne se rendit pas compte immédiatement qu’il avait froncé les sourcils et fermés les yeux. Œuvre du subconscient, sans doute. Mais, lorsque la douce voix de Mitsuki avait interférer avec l’air environnant, il n’avait su se concentrer davantage sur lui-même, préférant accorder de l’importance à ce qui en valait la peine, soit tout sauf lui. Pour le moment, du moins.

Posant son regard bleu glace sur la parraine des Leone, il essaie de trouver un moyen pour la réconforter, bien que dans un tel endroit, ce n’était pas la tâche la plus évidente à mettre en œuvre, il en était parfaitement conscient. Peut-être que, dans un sens, avoir presque tout oublié de son passé. Au moins, il ne se trouvait pas là, comme la rosée, à pleurer la tombe d’une personne qu’il n’as jamais pu connaitre, sans doute. Ou du moins, pas pour les mêmes raisons. Était-ce donc un don du Seigneur ?

… Non. Irrémédiablement. Ce n’était pas possible que tout ceci soit un cadeau. Ou alors il était pire qu’empoisonné, à l’image de la pomme dans ce conte de fées pour enfants, Blanche-Neige et les Sept Nains. Et le venin avait donc dissous le peu de conscience qu’il restait à Karlsen. Il était devenu peureux et associable presque de manière compulsive. Il ne supportait plus qu’on le touche et ne parvenait pas à se lier aux autres, car trop effrayé par eux pour les approcher à moins de vingt mètres. Ou plutôt, reformulons pour que cela soit plus correct, il craignait de trop vite s’attacher et d’oublier encore. Il ne supporterait pas ce genre de genre une nouvelle fois. Autant lui scier le corps à grands coups de couteau, la douleur physique serait sans doute bien moins insupportable que celle de l’esprit. Ceci n’était plus à prouver depuis longtemps.
L’allemand jeta un nouveau coup d’œil au spectre, toujours là, présent près de Mitsuki.
    « Tu peux me voir, n’est-ce pas ?
    -
    - Si c’est le cas, et que tu ne regardes pas dans le vide sans raison, peux-tu dire à ma fille que je n’ai jamais cessé de veiller sur elle, s’il te plait ? »
Elle s’était exprimée d’une façon fluide et parfaitement claire, en articulant bien. Sans doute avait-elle dû sentir que celui qui se tenait devant elle n’était pas japonais. En même temps, un japonais de presque deux mètres, ça ne court pas les rues non plus. Se décidant à clore ses paupières un instant, le jeune homme soufflât dans son masque à gaz de façon audible avant de déclarer :
    « Tu ne devrais pas mentir, tu sais ? »
Sous-entendu « Tu as le droit de pleurer si ça ne va pas, tu sais ? ». Il avait omis de répondre à la question qu’elle lui avait posée un peu avant, c’était vrai. Mais comme dit un peu plus haut, il se fichait bien de lui-même, le plus important pour l’heure, c’était Mitsuki. Pas lui. Puis comme sortie de nulle part, une autre phrase, hachurée par son passage dans le masque, vint briser l’harmonie du silence autour d’eux.
    « Elle n’as jamais cessé de veiller sur toi. Sois en sure. Elle est toujours avec toi. »
Il restait évasif, pour éviter qu’elle ne lui pose trop de questions. Pour éviter de passer pour un dément. Pour éviter qu’on ne le rejette, encore.

_________________
♥️♥️♥️

Avatar par Mitsuki <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuki Kagura
○ Leone ○
Parraine
avatar

Messages : 293
Date d'inscription : 24/06/2012


MessageSujet: Re: Âmen ( Mitsuki )   Dim 30 Déc - 23:12


Il y a des jours où l’on est juste heureux d’entendre quelques mots que la bonne personne.
Le cimetière, c’était le seul et unique lieux ou la jeune femme aux cheveux rose bonbon n’aspirait qu’à la solitude. Mais lorsque c’était Karlsen qui s’était présenté à ses côtés, les choses semblaient être différentes. Car il était tellement spécial aux yeux du ciel des Leone. Depuis le tout début il avait su l’attendrir comme personne n’avait su le faire auparavant, et c’en était tellement troublant. Et connaissant sa situation, elle avait tellement voulu l’aider. L’aider à retrouver des informations sur lui, l’aider à se souvenir…Et c’était là la raison même d’être de sa famille, les informations. En ce sens, quelque chose clochait. Il n’était pas normal qu’elle n’ait réussi à trouver aucune information sur lui s’il n’était qu’un simple civil. Que ce soit lui ou sa famille…Quelque chose clochait forcement quelque part. Le tout était encore de déterminer quoi. Et elle ne s’arrêterait pas de chercher avant d’avoir mis la main dessus.

Il ne s’agissait pas simplement de l’aider à retrouver son passé. Les choses ne s’arrêtaient pas là. Le véritable but de Mitsuki, en réalité, c’était de l’aider à retrouver une existence un peu plus normale. Elle voulait qu’il cesse de se renfermer ainsi sur lui-même, qu’il apprenne à se sociabiliser de nouveau…Qu’il vive une existence normale, comme n’importe qui. Ne pas connaitre son passé ne l’empêchait pas de connaitre celui qu’il était aujourd’hui. Et il ne méritait pas de vivre de la sorte. Personne ne l’aurait mérité, en réalité. Tout ce qu’elle voulait, dans le fond, c’était voir son sourire…Son visage souriant…Ou même simplement rien que son visage tout court. Rien que ce point serait un grand pas en avant, c’était un fait.

Les regards bleutés des deux se croisèrent le temps de quelques battements de cœurs. Ses yeux. C’était tout ce qu’elle avait véritablement vu de son visage. En vérité elle ne s’était attendue à aucune réponse, sachant déjà combien son conseiller était bavard. Aussi elle ne s’était pas étonnée lorsque on regard était parti se perdre au loin, sans lui adressé ne serait-ce qu’un mot. Elle aurait dû s’y attendre. Elle n’aurait même jamais dû poser cette question.

Elle était loin de s’attendre à entendre le son de sa voix s’élever dans ce lieu ou eux deux semblaient seuls. Seulement cette question semblant rhétorique, elle aurait sans doute préférer ne pas l’entendre. Il est vrai que techniquement elle ne lui avait pas mentis…mais ce sourire n’était pas sincère et elle avait le sentiment qu’il l’avait compris. A force de passer du temps avec lui autant qu’elle le pouvait, ce n’était pas elle qui en avait appris davantage sur lui mais bel et bien l’inverse, semblerait-il. A ces mots son sourire se dissipa, presque inconsciemment. Comme si elle s’excusais de son mensonge, quelque part.

Et c’est ainsi qu’elle écouta sa seconde prise de parole, presque un record pour lui. C’est sans doute parce qu’elle n’avait pas l’habitude de le voir si bavard que cela la toucha tant. En plus de l’impact de ses mots, s’entends. Elle reste pendant quelques secondes là, sans bouger, à juste le regarder avec cet éclat de surprise dans ses yeux, cherchant le sens de ses paroles. Elle ne s’était même pas rendue compte que de fines larmes s’étaient évadées de son regard azuré pour venir perler tout doucement sur ses joues. L’émotion, sans l’ombre d’un doute.

Il n’était pas du genre à parler beaucoup, donc probablement pas du genre à inventer des histoires ou à mentir mais…Comment devait-elle prendre ses mots, en ce cas ? Elle ne savait pas. En fait, à ces mots il l’avait simplement perdue. Comme une pauvre gosse que l’on laisse seule au milieu des bois. Elle ne savait plus par quel chemin elle pouvait passer pour sortir de cette confusion, elle ne savait plus en quel sentier elle pouvait avoir confiance.
    « Qu’est-ce que… ? »
Dans sa confusion elle s’était même retournée pour essayer de chercher du regard ce que Karlsen avait pu contempler lorsque son regard n’était pas posé sur elle. Mais bien évidement, son regard ne trouva rien d’inhabituel. Alors, bien vite elle s’était de nouveau retournée vers lui, toujours aussi perdue.
    « Je ne comprends pas… »
Ne comprenait-elle vraiment pas ? Ou ne voulait-elle simplement pas comprendre ? Ne voulait-elle simplement pas voir la vérité ? Ou plutôt…Accepter la vérité ?

_________________

Dans l'espoir qu'un jour, mon cœur atteindra enfin le tient. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karlsen Dratvitz
○ Leone ○
Mist's Adviser
♦ Ghost Whisperer ♦
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 24/07/2012
Age : 28


MessageSujet: Re: Âmen ( Mitsuki )   Mar 1 Jan - 20:02

Il se sentait tellement bête, à présent. Comment pourrait-il expliquer cette différence à Mitsuki sans qu’elle n’éprouve le besoin de le faire interner – non sans raison – par la suite ? A cette question rhétorique, il ne trouvait rien à répondre. Car il le savait, depuis tout petit, il était différent.

Lorsqu’il ouvrait ses grands yeux bleus glacier sur l’ensemble du monde, alors il percevait des choses que nul autre ne pouvait voir. Et il enviait de temps à autres profondément ce genre de personne. Parfois, voir au-delà des lignes vivantes était davantage une malédiction qu’un véritable don à proprement parler.

Courante étaient les fois où il avait eu le malheur de pouvoir entendre les cris et les complaintes d’âmes bloquées entre ce monde et celui des Morts. Ces esprit-là, à son grand damnent, hurlaient encore et encore, au point que s’ils avaient encore été en vie, probablement se seraient-ils écorché les cordes vocales à force. Mais Karlsen n’était ni un super héros, ni même un héros tout court. Tout juste s’il ne faisait pas fuir les passants dans la rue à cause de son look atypique et sa grande taille. En soit, il ne se souvenait pas d’avoir choisi l’un ou l’autre de ces facteurs, mais qu’importe, ce n’était pas en se morfondant à ce sujet que quelque chose pourrait advenir par la suite.

Mais plus sérieusement, qu’est-ce qu’un colosse comme lui pourrait faire de concret sans rien détruire de ce qu’il avait conçu par la suite à cause de tout ce dont il n’avait pas entièrement le contrôle ? L’inconnu effraie. Mais le mystère que s’en dégage ne fait d’attiser la curiosité des gens, tantôt de la bonne manière et tantôt de la mauvaise. En regardant sous cet angle, alors on peut peut-être s’interroger quant à la véracité de la crainte que ressentent les passants à cause de la simple présence du germanique. Mais qu’importe, ce n’était pas sur lui qu’il était venu faire une rétrospective de son propre cas. De toute manière, il n’y était pas arrivé avant, il n’y arriverait donc certainement pas maintenant. Autant donc se concentrer sur la seule âme hormis lui ici présente ; sa petite Boss.

Le regard rempli d’incompréhension qu’elle affichait en cet instant lui serrait le cœur. Ses yeux faisaient des mouvements latéraux entre elle et le fantôme qui se tenait toujours, pareille à une statue translucide dans son dos. Il aurait tant voulu lui dire… Mais l’appréhension rongeait son âme au moins autant que la crainte qu’il avait lui-même de cette capacité hors du commun. Il clôt alors ses paupières et fait mine de regarder ailleurs, un peu plus loin. Décroché encore une phrase le tut littéralement, mais il semblerait qu’il n’ait pas le choix. Ne serait-ce que pour avoir la chance de revoir encore une fois le sourire de sa douce parraine.
    « Elle t’aime toujours. Et ce depuis le premier jour de ta vie. »
Et même bien avant d’ailleurs, si l’on prenait en compte l’expression d’infinie tendresse qui était dépeinte sur le visage du spectre. Allait-il devoir en faire davantage ?

_________________
♥️♥️♥️

Avatar par Mitsuki <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuki Kagura
○ Leone ○
Parraine
avatar

Messages : 293
Date d'inscription : 24/06/2012


MessageSujet: Re: Âmen ( Mitsuki )   Sam 27 Juil - 2:18


Il y a des jours où les choses semblent tellement claires qu’elles en redeviennent troubles.
La parraine des Leone n’avait jamais compris cette distance. Ce mur qui s’élevait entre Karlsen et les autres à chaque fois que quelqu’un osait s’approcher de lui. Même cette barrière qu’il laissait toujours entre eux. Pourtant, elle pouvait s’estimer chanceuse, car elle était l’une de ceux pour qui cette barrière était comme moins imposante, moins solide. Pendant longtemps elle avait pensé que son passé y était pour quelque chose. Sa perte de mémoire, et la situation dans laquelle il avait été retrouvé. Elle ne s’en était jamais vraiment inquiétée, au début. Elle s’était simplement dis que tout était normal et que les choses passeraient avec le temps. Qu’il ne serait jamais complètement guéri mais qu’il finirait tout de même par aller mieux et s’ouvrir aux autres. Mais elle était, visiblement, loin de la vérité.

Très loin de la vérité, même.

Elle n’aurait jamais songé à pareille éventualité. Et même maintenant qu’elle y songeait, elle se sentait à la fois folle et stupide. Etait-ce seulement possible, ou était-ce ses émotions et ses espoirs qui lui jouaient des tours et venaient lui faire croire en d’irréelles chimères ? Nul doute que Karlsen allait se moquer d’elle lorsqu’elle lui poserait cette question qui lui brulait les lèvres, si elle était en effet loin de la vérité. Mais bon sang, pour une fois dans sa vie elle voulait tellement croire en ces choses auxquelles elle n’avait jamais cru !

L’espace d’un instant, elle se tourna dans la direction que Karlsen contemplait il y a encore peu de temps. Elle aurait voulu le voir de ses propres yeux, mais elle le savait, que c’était impossible. Si elle était capable de percevoir pareilles choses, elle l’aurait fait depuis bien longtemps déjà. L’éclat d’un espoir avait brillé en elle l’espace d’un seconde, pourtant. Et ne rien voir ne fit que l’attrister davantage. Elle s’était dit que même si elle ne pouvait voir ce qui n’était pas là aux yeux de n’importe qui, peut-être aurait-elle été capable de sentir sa présence ? La douceur maternelle qu’elle dégageait, ou son amour ? N’importe quoi…Mais non. Mitsuki n’était définitivement pas faite pour ce monde –si tant était qu’il existait vraiment.
    « Tu la vois, n’est-ce pas ? »
Elle se retourna de nouveau vers lui, larme à l’œil. Aussi déçue qu’émue. Et alors, se doutant que Karlsen ne répondrait jamais à une question aussi simple et aussi directe, elle lui en posa une seconde. C’était fourbe de le supplier ainsi aussi indirectement pour avoir une réponse. Mais là, à l’heure actuelle, elle n’avait que ça à se rattacher. Elle avait déjà conscience de sa bêtise, et elle ne manquerait bien évidemment pas de venir s’excuser un peu plus tard dans la journée, ou même le lendemain. Mais pas pour l’instant. Pour l’instant la Mitsuki rationnelle et ayant la tête sur les épaules était loin.
    « Karlsen…Est-ce que je ressemble à ma mère ? »
L’espace d’un instant elle n’était plus la parraine des Leone, cette gamine assez posée pour être à la tête d’une famille mafieuse. L’espace d’un instant elle n’était plus que Mitsuki Kagura, une jeune lycéenne de 17 ans qui n’avait jamais connu sa mère, car morte à sa naissance.  Rien de plus qu’une jeune fille fragile qui n’avait jamais eu l’amour de sa mère pour la soutenir dans les moments difficiles.

_________________

Dans l'espoir qu'un jour, mon cœur atteindra enfin le tient. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karlsen Dratvitz
○ Leone ○
Mist's Adviser
♦ Ghost Whisperer ♦
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 24/07/2012
Age : 28


MessageSujet: Re: Âmen ( Mitsuki )   Ven 2 Aoû - 18:26

Ces deux grands yeux bleus, aussi étendus sur le visage de sa parraine que des Océans avides de conquêtes toujours plus florissantes ; comment diable aurait-il pu y résister ? Ceci lui était tout bonnement impossible, sinon interdit. Karlsen était, pour son plus grand malheur d’ailleurs, un individu bien trop honnête pour mentir, surtout à lui-même. Il n’aurait pas été crédible une seconde dans ce genre de cas. De plus, au moment où les paroles de Mitsuki l’atteignirent, il sentit une espèce de boule de chaleur naître, juste là, tout près de son cœur. Ce que c’était ? Il l’ignorait. Non, à vrai dire, il ne voulait même pas savoir. Il y avait plus important en cet instant-là. Beaucoup plus.

Sans même le savoir, l’allemand venait de mettre les pieds dans un terrain dangereux pour lui. Non pas que ce fut particulièrement hostile envers sa personne, mais il allait être contraint de faire la chose la plus compliquée qui soit – pour l’heure – à ses yeux ; soit : parler. C’était devenue une épreuve en soit, depuis que la nippone l’avait récupéré, encore plus pitoyable qu’un animal blessé dans cette armoire éventrée. Mais, autant avec l’ensemble des mortels il demeurait réticent au fait de délier ses lèvres pâles, cachées derrière son masque ; autant cette étape cruciale à son isolement social paraissait moins lourde, auprès d’elle.

Pourquoi ? Ca non plus, il ne le savait pas. Mais il ne se posait pas non plus de question, à tort, très certainement. Il est de temps à autres nécessaire de s’interroger sur soi-même, ce que Karlsen ne faisait manifestement pas, sans l’ombre d’un doute. En vérité, il avait très peur. De tout. Des autres, mais aussi de lui. Lui et le trou béant qui lui sert de mémoire. Lui et l’angoisse qui le saisit aux tripes lorsqu’un nouveau souvenir se rappelle à lui. Lui … Tout simplement.

Kagura était bien une des rares – pour ne pas dire la seule – à ne pas le regarder comme un monstre, comme une aberration immonde. Lorsqu’il arrivait, même silencieusement, elle ne fuyait pas ni ne s’exprimait en hurlements incompréhensibles. Il n’y avait rien de tout ça et c’était ce que l’Européen appréciait, chez elle. Sans doute était-ce pour cela qu’il se sentait bien, en sa présence. Aussi, pour tout ce qu’elle avait pu faire pour lui, il voulut lui rendre la pareille, rien qu’une fois. Même si ça signifiait se forcer à avancer.

S’approchant encore un peu, il posa un genou à terre, faisant diminuer quelque peu son impressionnante masse. Et d’un geste, vif et assuré, il enserra Mitsuki de ses bras un peu tremblant, de sorte que la tête de cette dernière se loge dans le creux d’une de ses épaules. Il n’avait pas d’autres moyens de s’exprimer maintenant, même si ce n’était pas très clair.
    « Oui, entièrement. »
C’était tout ce qu’il avait pu dire pour le moment. Il est vrai que la ressemblance entre Mitsuki et sa mère était flagrante. Mais sa parraine pouvait en être fière. Elle, au moins, elle savait maintenant qu’elle ressemblait à quelqu’un. Ce qui n’était pas son cas, à lui.

_________________
♥️♥️♥️

Avatar par Mitsuki <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsuki Kagura
○ Leone ○
Parraine
avatar

Messages : 293
Date d'inscription : 24/06/2012


MessageSujet: Re: Âmen ( Mitsuki )   Lun 26 Aoû - 23:28


Combien de fois avait-elle vu ses camarades se faire câliner par leurs mères, à la sortie des écoles ? Combien de fois s’était-elle demandé si les choses se seraient déroulées ainsi avec sa mère si elle avait été encore là pour prendre soin d’elle ? Elle avait cessé de les compter. Ou plutôt, elle n’avait jamais véritablement pu le faire. Elle se posait ce genre de question un millier de fois par jours. D’autant plus que son père n’avait jamais vraiment été là pour elle. Et, mine de rien, la pauvre gamine en avait souffert. Elle en souffrait encore, certes, mais à présent qu’elle commençait à devenir une jeune adulte, il lui semblait bien plus simple de gérer la chose. Et puis, ce n’était pas de la faute de sa mère, elle en avait à présent conscience, chose qui n’était pas des plus évident lorsqu’elle était une petite fille.

Heureusement avait-elle été entourée par sa famille. Dans le sens mafieux du terme, bien entendu. Sa famille biologique, elle se fichait bien de son existence, ou était inexistante. Sans doute était-ce pour cela que les Leone lui tenait tant à cœur à l’heure d’aujourd’hui. Parce que c’était eux qui avaient étés là. Parce qu’ils étaient à ses yeux ce qui se rapprochait le plus d’une famille de sang. Et, cette fatalité en semblait presque triste, elle ne doute pas un instant du fait que sa vie aurait été bien plus déprimante si elle n’avait pas été baignée dans le milieu mafieux. Pas de mère, un père qui ne vous aime pas, et par-dessus le marché, personne pour se comporter avec vous comme si vous étiez quelqu’un de précieux.

Elle ne savait pas si elle aurait pu supporter une enfance de solitude. Elle n’aurait jamais été capable de combler le manque avec des amis. Parce que l’équilibre ne se fait pas de cette façon. L’équilibre, c’est d’avoir ses amis d’un côté et sa famille de l’autre. Car il y a toujours un des deux coté qui finit par dérailler et qui nous pousse à aller chercher le réconfort de l’autre. Jusqu’au jour où les citations s’inversent. C’est ainsi que va la vie et pour ça elle était fière d’avoir des gens de confiance des deux côtés du plan relationnel. Mais cela n’aurait jamais pu remplacer l’amour d’une mère.

Pour une fois, lorsque Karlsen posa un genou à terre pour l’enserrer de ses bras, elle se dit qu’elle avait bien davantage besoin d’un câlin que lui n’en avaient eu toutes ces fois. Elle se garda bien de lui avouer, cependant. Elle aimait ces moments de tendresse partagés avec son conseiller. A tel point qu’elle aurait d’ailleurs désiré qu’il s’y abandonne plus souvent. Alors, elle clos ses paupières pour simplement profiter de l’instant.

Lorsque sa voix vint résonner doucement dans ce lieu silencieux, son cœur rata un battement et elle cru qu’elle allait se mettre à pleurer à nouveau. D’émotion, cette fois, mais elle n’en fit rien. Un fin sourire se dessina sur ses lèvres, et elle s’abonna à son tour à un moment de tendresse en passant également ses bras autour du jeune homme. Cette révélation signifiait tant pour elle. Pour elle…Mais aussi pour la relation qu’elle entretenait avec lui. Savoir qu’il lui fasse confiance au point de se laisser aller à une telle révélation lui fit chaud au cœur. Ce n’était pas à n’importe qui, après tout, qu’on avouait indirectement que l’on voyait des fantômes. Lui en particulier.

« Merci. »

C’est tout ce qu’elle sut lui susurrer au creux de son oreille. Elle ne voulait pas revenir sur cette histoire de fantôme. La situation actuelle devait être bien assez dure pour lui et elle doutait fortement qu’il veuille parler de ça. Il le ferait quand il en aurait envie, ou lorsqu’il en ressentirait le besoin. Nul besoin de le brusquer davantage. Elle savait combien ce genre d’effort était dur à mettre en cœur pour lui. Elle serait juste là lorsqu’il aurait besoin d’un ami. Comme lui avait été là, près d’elle, en ce jour douloureux.


Spoiler:
 

_________________

Dans l'espoir qu'un jour, mon cœur atteindra enfin le tient. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Âmen ( Mitsuki )   

Revenir en haut Aller en bas
 

Âmen ( Mitsuki )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Joyeux Noël, Miss Mitsuki [PV : Mitsuki]
» Mitsuki Hojitake, dans la place, et en pleine forme ! Faites gaffe, parce que je suis très épuisante.
» FT de Mitsuki (cours)
» Plus fort que soi-même [Mitsuki]
» Le temps est passé tellement vite, il fait déjà nuit ! [PV : Akihiko]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reborn Esperienza :: Japon :: Namimori :: Temple-