Reborn Esperienza

Forum Reborn au contexte original...Laissez vous tenter !
 
l'Event est maintenant lancé!
Akis devient modérateur! Bravo à lui et merci ♥️

Partagez | 
 

 To be loved ... Like we are [ PV : Dylan ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sam Laitinen
○ Leone ○
Sun's Guardian
Une Fille au Masculin
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 26/07/2012
Age : 27


MessageSujet: To be loved ... Like we are [ PV : Dylan ♥]   Sam 12 Jan - 21:40


"Ujemite ga!"

Une voix épaisse et rocailleuse fait résonner cet ordre cinglant et sans détour possible dans une forêt trouble, typique du pays mystique qu'est la Slovénie.  En clair "Attrapez-le", pour ceux qui ne parleraient pas couramment le slovène, ce qui est le cas de la majorité d'entre nous. Bien vite une forme, sans doute apeurée, comme le trahit le rythme de sa course, se dessine sur le tableau noir qu'est la nuit, tâchant de ne pas percuter un arbre dans son échappée belle.

Sur ses talons, elle entend les aboiements furieux des chiens lancés à ses trousses. Au loin –quoi que tout soit relatif- se dessine également des lueurs multicolores des animaux sortis de leurs boîtes par leurs propriétaires respectifs. La silhouette frêle est en bien mauvaise posture, semblerait-il. Les animaux suivent sa trace sans aucun effort et malgré qu'elle courre a s'en fendre les poumons, ils parviennent à gagner du terrain, de plus en plus. L'avantage de connaître les bois alentours par cœur s'ajoute à leur palette d'avantages que la fuyarde ne possède pas entre ses mains.

Mais au fait, qui ça, elle? Ni plus ni moins que Sam Laitinen, Gardienne du Soleil de son état et androgyne comme pas deux – enfin, dans le cas de figure présenté ci-dessus, mieux valait peut-être pour elle qu'elle le soit. Envoyée seule en mission en Slovénie, ou elle pensait, par la même occasion, pouvoir rassembler des informations sur sa mère, elle avait, disons-le, lamentablement échouée à la tâche et s'était faite repérée immédiatement par le petit groupe de kamikazes qu'elle était censée espionner durant quelques jours.

Et la voici donc, courant à en perdre haleine, au milieu d'une forêt sinistre qu'elle ne connaissait pas, uniquement guidée par son instinct. Paniquée, elle n'avait même pas songé à utiliser ses boîtes et s'était donc contentée de prendre ses jambes à son cou aussi vite que possible. Et plus elle avançait, moins elle savait quoi faire. Une première pour elle, qui d'ordinaire, avait toujours réponse à tout. Il faut croire que c'est comme tout, et que la roue finit immanquablement par tourner. La preuve en direct live, pour son plus grand malheur.

Impossible de communiquer avec qui que ce soit, en plus, l'inverse aurait été trop simple, bien évidemment. La malchance vient rarement par petite quantité, préférant bien désespérer ses victimes d'un coup pour rire secrètement, dans l'ombre, du malheur qu'elle a su apporter avec brio.

C'est le cas avec Sam, ici. D'ailleurs, alors que ses yeux écarquillés par la terreur regardaient en arrière pour essayer d'établir un semblant de plan de distance entre elle et ses poursuivants, elle trébuche sur son propre pied et dégringole alors le long d'une pente de quelques mètres, mais qui lui parut bien plus longue. Surtout lorsqu'un éclat de bois vient se logé dans son flanc droit, lui arrachant un râle de douleur. Ce n'était pas très profond en soit, ni même très imposant, comme impact, mais suffisant pour ralentir un peu sa course et attiser les sens des choses qui la poursuivaient, à cause de son sang qui coulait maintenant le long de son T-shirt. Elle ne le voyait pas, mais cela se sentait.

Et bon gré, mal gré, Sam dû tout de même se résoudre à reprendre sa course, si elle ne voulait pas finir dans l’estomac de l'une de ces bêtes, tout du moins. Ainsi fut dit, ainsi fut fait. Et voilà la solaire repartie. Toujours plus vite, toujours plus loin. Sans se retourner, ou presque. C'est ça, le monde de la Mafia, après tout. Elle n'a pas refusé l'offre de Mitsuki alors qu'elle aurait pu, en sachant ce qui risquait de lui tomber dessus tôt ou tard – car nul ne l'avait pris en traitre  sans l'avertir. Tant pis pour elle, il lui fallait assumer ses choix. Et maintenant plus que jamais auparavant.

Sa course ne paraissait plus avoir de fin, noyant son esprit d'analyse sous un flot de fatigue de plus en plus important. Heureusement pour elle que son instinct était toujours là, bien présent, et paré a tout éventualité. Il l'a fit se stopper juste avant une falaise qui, si elle avait fait l'erreur de continuer son escapade dans ce sens, l'aurait entrainé dans une chute de plus de vingt mètres en direction du sol, alors sans doute composé de pierre, si l'on en jugeait par les son retentissant des petits cailloux tombés presque en éclaireurs involontaires, à cause de l'arrêt prématuré de Sam à leur surface.

Bien vite, elle changeât alors de trajectoire. Partant sur la gauche. Sans savoir ou aller, toujours. Peu importait, il fallait seulement fuir, encore. Mais, alors qu'elle allait emprunter un petit sentier, un canidé surgit juste en face d'elle, lui arrachant un rictus de malaise profond. Elle contourna la bête par le côté opposé à cette dernière, pensant alors pouvoir marcher sur un autre chemin paraissant plus dégagé. Mais là encore, un petit groupe de quadrupèdes s'était rameuté immédiatement à cet endroit, lui coupant tout recours et retraite. Leurs maîtres ne devaient sans doute pas être bien loin, car leurs voix s'entendaient de mieux en mieux. C'était à la fois angoissant et rassurant. Antipodes.

Pour dernier refuge illusoire, la Laitinen grimpa sur une petite corniche, afin que les mâchoires des animaux ne puissent pas l'atteindre. Ou du moins pas tout de suite, car à les voir s'exciter ainsi sur le flan de la petite butte, nul doute que ce n'était qu'une question de temps, sa sécurité. Là, tout de suite, aller savoir pourquoi, mais elle se sentait un peu comme dans l'un de ces fameux Disney –Et oui même dans des moments pareils, sa parraine trouvait le moyen d'apparaitre mystérieusement dans un coin de sa tête- que sa Boss aimait tant. Et plus particulièrement celui appelé "Bambi", et dans lequel, a un moment, une jeune biche se retrouve acculée exactement comme elle, par des chasseurs – ici, des mafieux-, se retrouvant bien vite sans défense.

.... La différence avec ledit Disney, c'était que Sam doutait fortement qu'un élégant Cerf vienne à son secours dans sa situation. Elle était désespérée, mais pas au point de croire à de telles inepties. Il y avait une limite à tout, tout de même.
Aussi, tentant de reprendre un minimum son calme, malgré les assaillants multiples qui ne démordaient pas de vouloir l'attraper entre leurs crocs, la nordique analysa rapidement l'endroit où elle se trouvait. Et elle dénicha une possibilité d'issue plus rapidement qu'elle ne l'aurait pensé. En effet, un petit rebord se dessinait dans la pénombre. En contrebas, le son d'une plausible rivière monta aux oreilles de l'androgyne qui en déduisit la chose suivante : Tout près il devait y avoir accès à un point d'eau. Et si elle pouvait l'atteindre, elle pourrait au moins noyer son odeur et être moins repérable. CQFD.

Ainsi, elle entreprit de mettre en application son idée. Toutefois, là encore, si tout s'était déroulé comme prévu, la logique de l'humanité en aurait été bafouée. C'est donc tout naturellement, qu'alors que la demoiselle parvint à agripper difficilement une prise sur le flan du rocher ou elle se trouvait, l'un des chiens arriva à sauter suffisamment haut pour lui attraper la cheville droite, avec ses mâchoires. Un cri de douleur retentit dans la forêt, indiquant alors aux trappeurs ou se trouvait leur proie.

Et ils auraient pu mettre la main dessus... si elle avait continué à s'agripper à la roche. Ce qui ne fut pas le cas. Au contraire. Ayant lâché prise sous l'effet de la surprise, la miss tomba aux mains d'une chutes de plusieurs mètres dans le noir et le stress le plus total. Mais pour cette fois ci, elle eut plus de chance que précédemment – ou tout du moins du canidé qui l'avait agressé car ce dernier mourut dans un ultime gémissement, après s'être fait empalé par un morceau de solide plus pointu que la moyenne.

L'eau finit par l'accueillir de ses bras glacés mais quelque part, réconfortants. La rivière l'entrainât plus loin, hors de portée de ses prédateurs. Mais pour combien de temps? Ça, elle n'aurait su le dire.

Le courant fort l'empêcha de songer même à une quelconque lutte contre lui. Si bien que, cascade miniatures après cascades miniatures, Sam se retrouva tellement refroidie qu'elle se laissa aller à un sommeil qu'elle aurait dû refuser.

Au final, sa moitié d'instinct de survie encore en état finie par lui faire prendre conscience de sa bêtise et la fit nager n'importe comment, uniquement pour ne pas couler sous la surface de l'eau. C'aurait été bien trop dangereux.

Au final, après quelques minutes de calvaire supplémentaires, la Laitinen parvint à se hisser médiocrement sur la rive du fleuve qui l'avait transporté plus loin que son point d'origine et s'y laissa choir, sa respiration ayant du mal à retrouver un semblant de rythme. Et là, elle laissa ses yeux se clore, le temps de se reposer un peu. Sa cheville et son flan lui faisait mal mais qu'importe, son corps détrempé réclamait un peu de repos. La douleur attendrait donc un peu.

Mais... Ne dit-on pas que le sommeil et la Mort sont cousins germains?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

To be loved ... Like we are [ PV : Dylan ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (M/LIBRE) DYLAN O'BRIEN
» (m) Dylan o' brien - Le petit ami- libre et Négo'
» (m) dylan o'brien ✈ libre
» Dylan Septembre O'Brian
» (m/libre) dylan sprayberry.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reborn Esperienza :: Reste du Monde :: Pays de l'Est :: Autres Pays de l'Est-